Centres Sociaux & Restos du Coeur : réponse à Madame De Smedt

Madame De Smedt,

Vos propos publiés le 14 octobre 2018 suite à l’article publié le vendredi 12 octobre 2018 concernant les Restos du Cœur ont profondément choqué, indigné et blessé les militants, les bénévoles, les administrateurs et les salariés de nos centres sociaux et plus largement, de notre association.

Nous tenions tout d’abord à remercier nos usagers et les nombreux wattrelosien(ne)s qui par un message, un mot ou un appel téléphonique nous ont apporté leur soutien.

Il y a, selon nous, un cynisme certain à vouloir « faire de la politique » à partir de la situation fragile des personnes pour lesquelles nos élus n’ont plus de solution, tandis que les salariés et les bénévoles des Centres Sociaux et d’autres associations redoublent d’efforts pour accompagner quotidiennement, avec de moins en moins de moyens, ces personnes qui en ont tant besoin.

Les faits sont têtus et notre rencontre avec le Président des Restos du Cœur, M. Alsberghe confirment l’ensemble de nos propos que nous maintenons.

Vous aviez pour rôle d’explorer les solutions possibles pour pouvoir accueillir les Restos du Cœur dans un autre lieu du quartier de la Mousserie. Vous n’avez pas trouvé de solution, mais nous restons convaincus que vous trouverez une solution pérenne pour accueillir les Restos du Cœur, sans aucune contrepartie financière aussi bien et aussi longtemps que nous l’avons fait !

Écrire que « nous avons proposé d’accueillir les restos du cœur dans un garage, en sous-sol de la Maison pour Tous de la Mousserie, garage vide pour cause de remontées de capillarités et donc les pieds dans l’eau » est bien entendu totalement FAUX !

Faute de propositions de votre part, nous avons donc rencontré DIRECTEMENT, à notre initiative, M. Alsberghe, le Président des Restos du Cœur vendredi dernier. Cette rencontre constructive va permettre à nouveau l’accueil à la fois des bénéficiaires des Restos du Cœur ET la poursuite de nos actions que nous menons envers les près de 200 bénéficiaires du RSA accompagnés au Centre Social de la Mousserie, les jeunes du LALP et les décrocheurs scolaires.

Ces échanges directs, au nom de l’intérêt général, vont permettre aux Restos du Cœur de poursuivre leur activité durant la campagne d’hiver, tout en recherchant une solution pérenne. En effet, notre Bureau réuni en urgence vendredi soir a voté ces nouvelles modalités d’accueil pour leur prochaine campagne d’hiver.

Comme vous le voyez, il ne s’agit pas pour les jeunes, qui « ont pris de plus en plus d’espace poussant ainsi les restos dos au mur » (Sic !) comme vous l’écrivez, de pousser les Restos du Cœur hors de nos murs, mais de continuer pour nous d’accueillir les publics les plus fragiles et les plus défavorisés.

Vous représentez la Ville au sein de notre Conseil d’Administration, mais vous semblez découvrir dans la presse nos intentions alors que vous en aviez connaissance depuis de longs mois. Nous aurions aimé entendre exprimer votre « indignation » lors de l’un de nos Conseils d’Administration. Il n’en a rien été.

Par ailleurs, vous avez toujours loué les actions innovantes que nous menons envers ces publics les plus fragilisés. D’ailleurs, à l’occasion de l’un de vos nombreux messages sur Facebook, dont celui du 19 juillet dernier, vous vous montriez dithyrambique sur nos actions qui contribuent à développer l’égalité des chances sur nos territoires.

Notre mission est de créer les espaces pour améliorer les conditions de vie des habitants, le vivre ensemble, la cohésion des acteurs, au service de la dignité humaine, de la solidarité et de la démocratie participative. Là encore, nos salariés et nos bénévoles œuvrent pour cela chaque jour. En doutez-vous ?

L’État, le Département, l’Europe, la Ville et la CAF soutiennent notre développement car les actions et les activités que nous menons s’adressent à tous sans distinction. Mais, nous l’admettons, une réelle priorité est accordée aux habitants les plus vulnérables et les plus éloignés de l’emploi. 

Le projet européen « EYES » : accompagnement des jeunes dans l’entrepreneuriat social, le Projet Européen « PACE » : 60 jeunes mamans que nous aidons pour la garde de leur enfant et que nous accompagnons pour un retour dans l’emploi ou encore le Projet Européen « STEP By STEP » : 70 hommes isolés et présentant des problèmes de santé les empêchant d’obtenir un emploi que nous accompagnons également vont dans ce sens…

Ainsi, vos propos qui tendent à laisser penser que les centres sociaux ont « un budget conséquent » et qu’il convient d’« éviter le piège qui consiste à passer au guichet pour s’enrichir » sont inconséquents, choquants, sans aucun fondement et bien entendu absurdes et ne reflètent pas la baisse sans précédent des moyens dévolus aux centres sociaux dans le contexte de baisse générale des financements décidés par les pouvoirs publics ! Ces baisses ont été successives et rapides !

Nous vous invitons donc Madame De Smedt à davantage de mesure dans vos prises de position et nous comptons « sur votre soutien à 150 % » comme vous l’avez dit lors de notre Assemblée Générale du mois de juin dernier.

Très cordialement,

Jocelyne LEFEVRE, Présidente du Centre social de l’Avenir  
Akli CHABOUNI, Président du Centre Social du Laboureur
Djemila MEZIANE, Présidente du Centre Social de la Mousserie

Messaoud CHAYANI, Président
Marie-France BRUNEL, Secrétaire
Nelly SENELAER, Trésorière

Association des Centres Sociaux de Wattrelos